Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Il faut sauver le soldat HSE

Ne pas perdre sa vie en voulant la gagner ! Prévenir les accidents au travail ! Garantir la santé des travailleurs ! réduire la pénibilité du travail ! Voilà les grandes missions de l'HSE (Hygiène, Sécurité Environnement) ou de la SST (Santé Sécurité au Travail). Comment y parvenir ? Découvrons cela ensemble

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT HSE

"Combas jusqu'au dernier soupir"

William Shakespeare

L’ARROSEUR ARROSE

Depuis 2011, je donne des cours à Polytech Lille.

J’ai d’abord commencé par des cours sur l’environnement et très vite, le responsable de la formation m’a sollicité pour des cours sur la santé et la sécurité au travail.

C’est drôle à dire mais ces cours sont très formateurs… pour moi. C’est un peu comme l’arroseur arrosé.

J’ai beaucoup appris car j’ai dû me remettre en question plusieurs fois pour faire évoluer mes cours. D’un cours magistral type Charlemagne : c’est moi le sachant et l’émetteur et vous les ignorants et les récepteurs, je suis passé au fil des ans, à des cours interactifs parsemés de nombreuses histoires et anecdotes. Et ce n’est pas forcément moi qui raconte à chaque fois !

Cours HSE
Image par claude_star de Pixabay

Par ailleurs, le fait de donner des cours motive à se tenir en éveil, à suivre l’actualité HSE, etc…

J’en profite donc pour remercier toutes les promotions que j’ai déjà croisées et les responsables des formations qui me font confiance.

RETOUR VERS LE FUTUR

Lors de mes premières interventions, je sentais que je n’arrivais pas à captiver mon auditoire. Remontons à mes débuts de « Professeur ».

A cette époque, je suis pourtant déjà habitué à dispenser des formations aux jeunes ingénieurs qui rejoignent le bureau de consultants où je travaille.

Je les forme sur un programme que j’ai développé, avec les modules qui vont bien. Donc la formation, ça me connait. Enfin je croyais…

Fort de cette expérience de base, j’accepte la demande de Polytech.

Et je comprends vite que le public Etudiants est un public beaucoup plus difficile que celui de mes collègues ingénieurs.

En effet, même avec seulement quelques mois ou années d’expérience, les ingénieurs sont participatifs. Ils ont déjà du vécu, ils sont confrontés à des problèmes dans leurs missions et nous faisons le même métier. C’est facile de les intéresser et de les faire participer.

Tandis qu’un étudiant, ce n’est pas pareil. Au mieux, il a passé quelques mois de stage dans une entreprise. Et certainement pas dans le domaine de l’HSE (Hygiène Sécurité Environnement).

HSE utile
Image par Gerd Altmann de Pixabay

Alors comment lui expliquer l’HSE ? Et surtout ce qu’il peut en retirer de positif pour son futur poste de manager en production, en qualité, en supply chain ou ailleurs…

C’EST LA MÊME HISTOIRE A L’USINE

Et au final, c’est aussi le même constat que je fais pendant ma carrière, pour la majorité des responsables, cadres, ingénieurs qui travaillent en industrie. Il y a même des directeurs de site qui se demandent ce que signifie ces trois lettres ! Que savent-ils de l’HSE ?

comportement sécurité
Image par Peggy und Marco Lachmann-Anke de Pixabay

Ils n’ont probablement jamais eu de cours spécifiques. Au mieux en fonction de leur parcours professionnel, ils auront peut-être la chance d’avoir des formations internes ici ou là. Le reste, ils l’apprennent sur le tas, au contact éventuel de bons professionnels de l’HSE.

Mais si ce n’est pas le cas, alors je peux vous certifier que vous passez à côté de quelque chose. Quelque chose qui permet d’avoir une belle carrière. Quelque chose qui permet de s’occuper des autres. Quelque chose qui permet de vivre en phase avec ses principes et surtout… quelque chose qui permet d’atteindre le but que chaque entreprise poursuit. Lequel ? C’est promis. Je vous dévoilerai ce secret un peu plus loin, dans un prochain article : POURQUOI HSE EXISTE.

AUTOBIOGRAPHIE

Juste avant de continuer, laisser moi me présenter rapidement. Et d’avance excusez cet étalage de « médailles », mais il faut bien que vous sachiez à qui vous avez à faire.

J’ai plus de vingt ans d’expérience dans le domaine de l’HSE. J’ai une carrière atypique puisque j’ai travaillé la moitié du temps en industrie et l’autre moitié en bureau de consultants.

En industrie, j’ai eu la chance de travailler dans 4 grands groupes industriels : de la biochimie au textile en passant par l’agro-alimentaire et la pharmacie.

Dans mon expérience de consultant, j’ai réalisé des missions pour l’industrie des déchets, du ciment, la chimie, la logistique… J’ai vu différentes d’industries, de toutes tailles et j’ai beaucoup voyagé dans les Hauts de France, en France et même au Maroc.

Au début de ma carrière, j’ai appris le métier d’ingénieur HSE chez DSM. Ensuite comme consultant chez Kalies, j’ai appris la notion de client.

De retour en industrie chez KraftHeinz, j’ai mis en musique les bonnes pratiques que j’avais vues. Suivi d’une courte expérience au Laboratoire Delpharm. Ces deux expériences avaient le point commun de posséder une faible culture sécurité à ma prise de fonction.

Ce qui n’est pas le cas de ma dernière expérience qui est en train de se dérouler chez Berry Global.

LA RAISON D’ETRE DE CE SITE

Alors si vous le voulez bien, je vous entraine au fil de ces lignes… au pays de l’HSE.

Tout ce que je raconte à mes étudiants de Polytech, à mes collègues, je souhaite le partager avec un plus grand nombre de personnes.

Car il faut se rendre à l’évidence que l’HSE a souvent mauvaise presse.

Qui sont ces gens qui passent leur temps à se balader dans l’entreprise ?

« Cela doit être cool comme job ! » Et je vous jure que je l’ai déjà entendu.

Et aussi : « plus il y a de monde au service HSE, plus il y a d’accidents ! ».

Accident HSE
Image par WikiImages de Pixabay

C’est vrai que l’HSE a ceci de commun avec la SNCF d’être souvent l’objet de railleries.

Alors si on remarque facilement les trains qui arrivent en retard, on ne voit pas le nombre de trains qui arrivent à l’heure.

Pour l’HSE, c’est pareil. On note les accidents. On en fait même de beaux indicateurs qui ressemble parfois à un véritable cimetière. Qui n’a jamais vu une croix sécurité* presque toute rouge (* : un calendrier mensuel sous forme de croix qui montre les résultats de l’accidentologie pour chaque jour : un rond vert si zéro accident, un rouge dans le cas contraire).

Santé sécurité au travail
Image par Ichigo121212 de Pixabay

Mais il est impossible de comptabiliser le nombre d’accidents évités grâce aux mesures en place.

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT HSE

Au contraire, l’HSE est souvent vécu comme une contrainte. Un empilement de procédures incompréhensibles et impossible à appliquer. De la paperasse qui fait perdre du temps. Des formations déconnectées du poste de travail. Des tas d’EPI (Equipement de Protection Individuel) qui rendent la journée de travail pénible…

Combien d’incendies tués dans l’œuf à cause des permis feu ? Combien de prestataires extérieurs sauvés grâce à de bons plans de prévention ? Combien de dos préservés grâce aux bons gestes appris en formation ? Combien de doigts, d’œil toujours indemnes grâce aux lunettes et gants de sécurité ?

Oui l’HSE peut sauver des vies.

Le bon HSE peut sauver des vies. Pas l’HSE borné, incompétent et bureaucratique.

Un HSE pragmatique, empathique, novateur.

Et ce n’est pas de la responsabilité du seul responsable HSE !

D’ailleurs définissons clairement le mot responsable.

Le mot responsable ne signifie pas uniquement celui qui doit rendre des comptes en cas de problèmes. Le mot responsable signifie avant tout capable de réponses.

Pour arriver à un niveau HSE mature et digne, c’est juste que le responsable HSE doit apporter des réponses, mais ses réponses ne sont pas du même niveau que celles du chef d’équipe, agent de maîtrise, superviseur… peu importe comment s’appelle votre management de proximité.

Le superviseur doit aussi apporter des réponses. Pareil pour le responsable de production, et le directeur de site. Et j’allais oublier le principal acteur : l’opérateur de terrain, l’agent de maintenance, le cariste, l’agent d’entretien… Lui aussi est capable de réponses.

Vous avez bien compris que pour arriver au succès, à un bon niveau HSE, tout ne doit pas reposer sur un seul homme, une seule fonction, un seul service.

C’est pourquoi malgré des progrès techniques avec des machines plus sures, des progrès organisationnels avec les systèmes de management de la sécurité, des progrès humains avec les formations, nous observons un palier au cours des dernières décennies.

Le nombre d’accident stagne quel que soit le type d’industrie et de pays.

Si la bataille semble mal engagée, la guerre n’est pas perdue !

SST
Image par Pete Linforth de Pixabay

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT HSE !

A travers ce site, nous allons faire le point sur nos armes, nos capacités.

Nous nous poserons d’abord quelques questions sur le POURQUOI. Car c’est toujours important de savoir pourquoi on fait tout ça.

Sauver HSE
Image par ThePixelman de Pixabay

Ensuite, nous verrons les armes de bases.

Pour augmenter nos chances de victoire, nous développerons des armes de culture sécurité.

Et pour finir, nous réfléchirons à des idées pour aller plus loin.

Ce site est aussi l’occasion de partager mes lectures HSE, avec souvent des choses intéressantes à retenir et à appliquer.

A SUIVRE : PROCHAIN ARTICLE : LE PLUS BEAU METIER DU MONDE